Interview Léna Daniel & Gino Delmas
Photos Alix de Beer

Meet Laurianne Melierre

Journaliste, chroniqueuse, entrepreneuse, mode, société…

Laurianne Melierre a décidé de ne pas choisir. 

Journalist, columnist, commentator, entrepreneur, fashion industry, social topics…

The only decision Laurianne Melierre has ever made is to never choose.

Elle est partout. À la télé sur Canal, dans la presse écrite de Libération à In Corpore Sano, un micro à la main pour animer des talks, à la radio chez Rinse ou Nova, et bientôt dans un podcast. Laurianne Melierre a failli bosser dans la pub. Mais elle a préféré prendre une autre voie et s’est construite son propre cadre d’expression, à l’énergie et au culot. Cette passionnée navigue avec aisance entre mode et sujets de société. Avec comme fil conducteur une passion dévorante du verbe. Elle vient d’ailleurs de créer PLUME, sa propre agence de conception-rédaction et de conseil éditorial, qui rassemble journalistes et personnalités du monde littéraire. Elle imagine et produit des contenus rédactionnels forts et anglés, avec une exigence éditoriale héritée de la presse et de l’édition. Vous n’avez pas fini d’entendre parler d’elle. Rencontre.

She’s everywhere. On TV, via French channel Canal+, in the press, via Libération and In Corpore Sano, and hosting talk shows with a microphone in her hand on Rinse and Nova radio stations. Oh, and she’s got a podcast coming soon, too. Laurianne Melierre came close to working in advertising. She ended up traveling a different path and built her own platform with nothing but her energy and audacity. A woman of many passions, Laurianne works as easily on fashion-related topics as social issues. There is one guiding thread connecting these seemingly unrelated areas, though: her all-consuming passion for words. In fact, she loves them so much that she launched PLUME, her own copywriting and editorial consulting agency, which gathers journalists and prominent writers. She dreams up and creates rich and striking editorial content with the same high standards she picked up while working in the press and publishing industry. Because we know this is not the last you’re going to hear (or see) of her, we thought we might as well introduce you.

Raconte nous ce que tu fais dans la vie.

C’est vaste ! Quand je veux faire vite, je me contente de dire que je suis journaliste. Si on me demande quelle est ma spécialité, j’explique que je me suis attachée depuis le début de ma carrière au décryptage de ce que l’on appelle les « tendances ». Ces points de saillance qui racontent l’époque à travers le prisme du vêtement, de la gastronomie, du sport, de l’environnement. J’essaye de comprendre comment et pourquoi des mouvements émergent, auprès de qui et ce que cela dit de nous. Je suis également à la tête de ma propre agence de conception-rédaction et de conseil éditorial. Elle s’appelle PLUME, elle est derrière de grandes baies vitrées, à Belleville, et elle écrit de belles choses pour de belles marques.

Tell us what you do for a living.

I don’t quite know where to start! When I want to keep it short, I simply say I’m a journalist. If I get any questions regarding areas of specialty, I explain that from the very beginning of my career I’ve focused on understanding and presenting ‘trends’, you know these distinctive elements that tell the story of an era through fashion, food, sport, environment. I try to understand how and why these movements come to be, who they touch, and what they say about us. I also manage my own copywriting and editorial consulting agency. It’s called PLUME, it’s hidden behind big glass windows in Belleville, and it’s where we write beautiful things for beautiful brands.

Quel est ton parcours ?

Je me destinais à la publicité. Après un stage en agence, j’ai compris que je préférais écrire des « formats longs ». Avec des enquêtes, des tartines de texte, des rencontres. J’ai démarché des magazines au culot, quand j’avais 18 ans. L’un d’entre eux a été assez fou pour me prendre. C’est là que tout a commencé. Quelques mois plus tard, j’écrivais plein de trucs, je courais les fashion weeks et je parlais anglais.

What’s your background?

I was all set to work in advertising. I interned at an agency and quickly understood that I would rather write long-form content. Investigations, interviews, a whole bunch of text, in short. When I was 18, I dared to reach out to a bunch of magazines, one of which was crazy enough to take me on. That’s where it all started. A few months later, I was already writing all kinds of things, running from one fashion week to another, and speaking English.

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles actuellement ? 

Comme mon métier m’amuse beaucoup, je le pratique sur différents supports. Il y a de la télévision, chaque semaine dans L’Info du Vrai, à 17h45 sur Canal+. Il y a de la web-série, avec « Sneakers », un nouveau format vidéo du magazine GQ que j’anime. Il y aura très bientôt du podcast avec « Manger », produit par Louie Média, dans lequel je réponds tous les quinze jours à une question food en compagnie de chercheurs.ses, de chef.fes, d’auteurs.es. Il y a les talks que j’anime, les tables rondes que je modère… C’est vaste et excitant.

What are you currently working on?

As I really enjoy my job, I try to do it across as many platforms as possible. I’m on TV once a week, in a show called ‘L’Info du Vrai’, at 5:45 p.m. on Canal+. There’s a web series called ‘Sneakers’ which I’ll be hosting for GQ. Very soon there’ll also be a bi-monthly podcast called ‘Manger’, produced by Louie Média, in which I’ll answer food-related questions with the help of researchers, chefs, writers, and more. I also host a few talk shows, I moderate round tables, it’s as exciting as it’s diverse.

Comment as-tu découvert MAN / WOMAN ?

J’ai animé pendant 2 ans les matinales de la web-radio Rinse. L’une de nos émissions se passait au MAN/WOMAN, il y a 4 ans. Après le show, j’en ai profité pour fureter un peu.

How did you discover MAN / WOMAN?

For two years, I presented the morning shows on Rinse web radio. Four years ago, one of our shows actually took place at MAN / WOMAN. Once I’d finished working, I made the most of the opportunity to have a snoop.

Quelle est notre valeur ajoutée selon toi ?

C’est le moment où j’utilise le mot magique du journaliste : la « curation ». Les marques du MAN/WOMAN visent juste. Elles ont une vision. Elles sont cohérentes entre elles. Ce ne sont pas des stands, c’est un écosystème. J’aime y aller pour y laisser trainer mes yeux et mes oreilles. J’en ressors toujours avec des idées et quelques cartes de visite.

What do you think is our added value?

I’m going to have to use an all-time journalist favorite: curation. MAN / WOMAN brands get it right. They have a vision. There’s a consistency between them. It’s not simply a collection of booths, it’s a real ecosystem. I like to attend your shows and just hang around, see what my eyes and ears pick up. I always leave with fresh ideas and a pocket full of business cards.

Quelles sont les marques que tu as découvertes chez nous ?

Je me souviens très bien d’Atelier Sabot, des souliers en bois et en cuir particulièrement beaux. J’ai aussi eu un flash pour Needles, le label japonais aux influences américaines de Keizo Shimizu.

What brands did MAN / WOMAN introduce you to?

I remember very well discovering Atelier Sabot; they do gorgeous wooden and leather clogs. I also instantly fell in love with Needles, the Americana-influenced Japanese brand founded by Keizo Shimizu.

Est-ce que certaines ont attiré ton attention dans la liste du salon WOMAN SS20 ?

Je suis depuis quelques temps Girlfriend Collective sur les réseaux, une marque de sportswear inclusive. Pour moi, avec l’écologie, la diversité de tailles de vêtements est le prochain défi de la mode. J’ai hâte de les rencontrer sur cette édition.

Are there any brands that caught your eye in the list of WOMAN SS20 exhibitors?

I’ve followed Girlfriend Collective on social media for quite some time. It’s an inclusive sportswear brand. Size diversity, along with sustainability, is fashion’s next great challenge. I’m really looking forward to meeting them.

Quelles sont les tendances et personnes qui t'inspirent le plus ces temps-ci ? 

Côté tendances, le minimalisme. Désengorger ses placards, faire du tri, vendre, donner, recycler. Accepter le vide dans un monde qui le déteste. C’est un mouvement qui recoupe tout : éco-responsabilité, mode, modèles économiques et donc entrepreneuriat. Parce qu’une fois que c’est fait, on achète quoi ? Et comment ? Une chose est sûre : différemment. Sinon, je peux aussi vous dire que j’adore Lizzo. Cette femme est la solution à tous nos problèmes. Ne nous reste plus qu’à trouver comment elle fonctionne.

What and who are the trends and people that inspire you most these days?

As far as trends are concerned, minimalism. Emptying wardrobes that are full to the brim, sorting, selling, recycling, donating, accepting emptiness in a world that hates vacuums. Minimalism encompasses so many other topics: eco-responsibility, fashion, economic models, and hence entrepreneurship. Because once you’ve gone minimal, the question you’re left with is what and how to consume. The only obvious answer being differently. On a completely unrelated note, I can tell you that I love Lizzo. I believe she’s the solution to all world problems. All we need to do now is find exactly how she works.

Laurianneme

Last news

Instagram